Vous êtes iciIgnorer les liens de navigationAccueil > Actualités > Avis de l'expert... > Respecter les conditions naturelles d’élevage

Respecter les conditions naturelles d’élevage

Augmenter son taux de réussite en prenant en compte le comportement des chevaux sauvages.

Choisir un centre d’IA où les juments peuvent pâturer ou faire facilement de l’exercice peut être un facteur déterminant à la réussite d’une saison de reproductionCertains facteurs comportementaux ont un impact direct sur le taux de gestation des juments. Pour Stéphane Cammaert, vétérinaire du groupe Gènes Diffusion, le contact avec les congénères est très important. D’après lui, « les chevaux sauvages vivent en petits groupes composés d’un étalon, de quelques juments et leurs poulains. Ils sont en contact continu durant toute l’année. Des petits groupes de jeunes mâles qui n’ont pas encore de harem se forment. Ceci n’est pas le cas chez les autres ongulés tels que les vaches, chèvres ou cerf ».

Ainsi, une jument qui est en box durant son séjour au centre d’insémination a un taux de fécondité moindre qu’une jument qui a été mise en contact avec d’autres juments en pâture, au paddock ou au marcheur.

Par ailleurs, même si elle a une activité physique, une jument qui concourt est souvent en box. Quand elle démarre une carrière de reproduction, il faut donc l’habituer progressivement au pâturage afin d’éviter tout stress.

Pour sa part, la lumière naturelle joue un grand rôle dans la physiologie de la reproduction. Une jument qui est au box bénéficie moins des effets directs du soleil et de la lumière naturelle, ce qui génère chez elle une moins bonne fertilité.

La présence ou non d’étalons à proximité des femelles a également des conséquences sur la réussite de la saison de monte. Lorsqu’ ils sont dans les mêmes bâtiments que les juments, cela peut influencer positivement l’état physiologique de ces dernières. De même, promener l’étalon régulièrement entre les box des femelles stimule la cyclicité des juments par contacts visuels et olfactifs.

Quant au stress dû à un changement de lieu, d’alimentation ou de manipulation, il influence la fertilité de certaines juments. Les femelles n’ayant pas l’habitude de loger à l’extérieur peuvent moins bien s’alimenter ou même déprimer. Le même effet est observé chez l’étalon pour lequel les périodes de stress d’environnement affectent la qualité de la semence.

Réagir à cette actualité

 

SELLE FRANÇAIS

Consultez toute la
gamme des étalons selle français

Contrat de Vente étalons trotteurs

Vous êtes éleveur de chevaux
de sport et vous avez besoin
de conseils ?

Contactez nos spécialistes, ils répondront à toutes vos questions.

Dominique BAGANAS

Par mail :
d.baganas(a)genesdiffusion.com

Par téléphone : 06.35.37.09.47