Vous êtes iciIgnorer les liens de navigationAccueil > Actualités > Avis de l'expert... > L’approche du poulain commence très tôt

L’approche du poulain commence très tôt

La saison de poulinage bat son plein et les mises bas sont plus que d’actualité. Dès les premières heures qui suivent la naissance, l’éleveur doit commencer à approcher le poulain. « En effet, il est important qu’il aille rapidement au pis (ce qui n’est pas toujours le cas) pour bénéficier du colostrum de sa mère », souligne Dominique Baganas, interlocuteur Chevaux de Sport au Haras de Douai.

Un contact primordial avec l’homme

Il faut veiller à ne pas sortir le poulain les jours de grand soleilPlusieurs cas de figure peuvent intervenir. Si la jument n’a jamais pouliné et refuse son poulain, il est recommandé d’aider le poulain à se diriger vers le pis tout en maîtrisant la mère. Certaines juments peuvent être entravées de manière à ne pas taper le poulain, notamment avec les postérieurs. Cette réaction de rejet peut être provoquée par la montée de lait qui durcit le pis ou par un état d’hyper énervement lié à un instinct maternel surdéveloppé. Après avoir bu le lait, le pis se désengorge et la jument est alors soulagée. Souvent après quelques jours, la jument à l’instinct maternel très développé a tendance à se calmer.

Autre cas de figure : la jument a déjà pouliné mais elle n’a pas de lait. Toutefois, le poulain doit boire le colostrum, de préférence 500 ml dans ses huit premières heures de vie. Il faudra ensuite étudier la possibilité de lui administrer du lait de substitution (lait en poudre). Commercialisé par les vétérinaires, ce lait peut être donné au seau mais plus facilement au biberon, et ce de manière très régulière puisque le poulain devra boire environ toutes les deux heures.

Par ailleurs, si la jument a déjà pouliné, produit du lait en quantité et si elle n’a pas un instinct maternel surdéveloppé, le contact avec l’homme reste primordial durant les premières semaines de façon à familiariser le jeune à sa présence. On peut d’ores et déjà lui poser un licol quelques heures par jour. Le licol doit être enlevé en cas de non surveillance afin d’éviter que l’animal ne s’accroche. Comme, à cet âge, il a encore peu de force, il ne faut pas hésiter à lui manipuler les pieds et à le caresser généreusement. Cela facilitera l’approche à venir. Tout cela fait partie d’un programme d’ « imprégnation ». Au bout de quelques jours (2 semaines), on peut sortir la jument avec le poulain muni d’un licol et d’une longe. Il suivra facilement sa mère et l’éleveur pourra l’accompagner aisément.

A noter que plus le propriétaire sortira en prairie fréquemment le jeune accompagné de sa mère, plus vite il pourra acquérir de l’équilibre et découvrir son environnement. Il faut veiller à ne pas le sortir les jours de grand soleil car la luminosité trop forte peut l’éblouir et le désorienter. Il risque de se diriger vers les clôtures. « Pour mener à bien cette phase d’approche, il faut bien entendu être au moins deux. C’est pour cela que l’élevage équin est facilité en binôme », conclut Dominique Baganas.

Réagir à cette actualité

 

SELLE FRANÇAIS

Consultez toute la
gamme des étalons selle français

Contrat de Vente étalons trotteurs

Vous êtes éleveur de chevaux
de sport et vous avez besoin
de conseils ?

Contactez nos spécialistes, ils répondront à toutes vos questions.

Dominique BAGANAS

Par mail :
d.baganas(a)genesdiffusion.com

Par téléphone : 06.35.37.09.47