Vous êtes iciIgnorer les liens de navigationAccueil > Actualités > Avis de l'expert... > Eleveurs, pour le plaisir

Eleveurs, pour le plaisir

Isabelle et Jacques Dubaille sont des éleveurs équins passionnés par leurs produits.

EleveursIsabelle et Jacques Dubaille ont mis le pied à l’étrier, le jour où ils ont inscrit leur fils dans un centre équestre. L’élevage Chrome basé à Féchain, dans le Nord, s’est ensuite constitué au fil de leurs acquisitions tant dans le domaine de l’endurance que dans le domaine du saut d’obstacle. « En 1995, nous avons acheté notre première jument, Brize II, à l’âge de six ans, pour nos enfants. Polyvalente (saut d’obstacle avec notre fils Louis et concours complet avec notre fille Pélagie), elle s’est révélée avoir de bonnes qualités en endurance puisque je l’ai qualifiée sur une distance de 90 km, se souvient Jacques Dubaille. Brize II est toujours dans nos pâtures, aujourd’hui. Elle nous a donné quatre produits, dont la première née s’est appelée Nickelle chrome. Nous avons encore Sorgho chrome (Oumzil Tobiha) et Valda chrome (Thunder du Blin) ».

Hooligan de Rosyl, une surprise

En 1998, Jacques Dubaille a été séduit lors d’une vente aux enchères (ventes Nash) par le « look » d’un jeune entier de trois ans : Hooligan De Rosyl. Le couple l’a confié au travail chez un cavalier professionnel. « Ce cheval s’est révélé "hors Hooligan de Rosylnormes". Il a été approuvé étalon sur performances, à l’âge de cinq ans. Il a progressé de façon spectaculaire, puisqu’à dix ans seulement, il a décroché la 15ème place de la finale de la coupe du monde à Las Vegas, et a participé aux championnats d’Europe en Italie ».

En 2006, vendu pour moitié à Jan Tops, il quitte la France pour intégrer ses écuries en Hollande où il est monté par son cavalier, Daniel Deusser. A quinze ans, Hooligan de Rosyl est, aujourd’hui, encore présent sur la scène internationale. Avant de partir aux Pays-Bas, sa semence a été congelée, elle est d’ailleurs toujours disponible chez Gènes Diffusion au Haras de Douai. « Avec nos meilleures juments, nous avons rapidement souhaité faire naître des produits d’Hooligan : Tèli chrome (Manuela du Vilpion, souche de Sophie du Chateau), Tempo chrome (Pléiade Heutière, fille de Flipper d’elle).

Concilier carrières sportive et de reproduction

Grâce à la Transplantation Embryonnaire (TE), la jument Pléiade Heutière, achetée à la foire aux foals de Saint-Lô et montée par le cavalier Nicolas Delmotte, peut suivre une carrière de reproductrice tout en concourant (cf encadré ci-contre). « La gestation d’une jument durant onze mois et le poulain étant sevré à l’âge de six mois, il est impossible de concilier mise à la reproduction et carrière sportive. Si on attend qu’une jument finisse sa carrière sportive pour être inséminée, on perd quinze années », expliquent Isabelle et Jacques Dubaille. La TE a permis à Pléiade Les paddocks de l'élevage ChromeHeutière d’être classée 12ème au championnat de Fontainebleau à six ans et de donner un poulain, la même année : Vitez chrome (Hooligan x Pléiade). « Grâce au transfert, nous gagnons du temps, précise le couple. Nous sommes allés voir Pléiade qui a obtenu de très bons résultats en concours à Chantilly, et au CSI de Moorsele (Concours de Saut International). Une nouvelle TE est en cours grâce à la proximité des écuries de Nicolas Delmotte et de Gènes Diffusion ».

Du domaine du passionnel

Isabelle et Jacques Dubaille ne se font pas d’illusion : contrairement aux autres productions animales il n’est pas possible de vivre de la vente de ses produits en élevage équin. « Ce type d’élevage est d’abord du domaine du passionnel. La logique d’un croisement sur le papier ne se traduit pas forcément par un produit avec les qualités espérées. Et même si un cheval a du potentiel, pour qu’il réussisse sa carrière sportive, il faut qu’il naisse au bon endroit, qu’il soit correctement débourré, monté par le bon cavalier… », énumèrent-ils. A défaut de gagner de l’argent, les deux éleveurs, qui ont une activité professionnelle en parallèle, se font plaisir en vivant leur passion au quotidien.

 

 

Réagir à cette actualité

 

Elevage Chrome

Une jument de haut niveau sportif peut suivre une carrière de reproductrice

Depuis les années 80, il est possible d'obtenir des gestations par transfert d’embryon (TE). Cette technique consiste à collecter un embryon sur une jument, appelée donneuse, pour l’implanter ensuite sur une mère porteuse. Cette méthode permet d’augmenter le nombre de poulains obtenus par les juments, essentiellement pour les juments de compétition, d’obtenir plusieurs poulains par jument dans la même année, des poulains de juments trop âgées ou en trop mauvaise santé pour porter elles-mêmes leur poulain, mais aussi d’obtenir des poulains de certaines juments infertiles. En Selle Français, le transfert d'embryon autorise de faire un nombre illimité d’embryons par jument.

Dans le cas de l’élevage Chrome qui travaille avec Gènes Diffusion, la jument donneuse est inséminée au Haras de Douai et est collectée sur place au bout d’une huitaine de jours. L’embryon est alors conditionné pour le transport au centre de transfert TEd’embryon (Haras de la Pomme basé dans le Calvados) pour y être posé sur une jument porteuse dont la chaleur a été synchronisée avec celle de la donneuse. Un dernier contrôle autour du 45ème jour de gestation permet au centre de transfert de renvoyer la jument porteuse au Haras de Douai. Au sevrage, la mère porteuse est récupérée à Gènes Diffusion par le Haras de la Pomme.

Pour les clients des autres Haras Gènes Diffusion (Haras du Cotentin dans la Manche, du Pays d’Argentan dans l’Orne, du Pays d’Auge dans le Calvados et de Vaiges en Mayenne), après l’insémination effectuée dans l’un des haras, le transfert d’embryon est réalisé directement au Haras de la Pomme. Au bout du 45ème jour, le client récupère la porteuse directement au centre de transfert, et la ramène une fois le poulain sevré. Grâce à l’accord établi entre Gènes Diffusion et le Haras de la Pomme, les éleveurs se voient, aujourd’hui, proposer une solution simple et complète pour manager la carrière de reproduction et de compétition de leurs juments.