Vous êtes iciIgnorer les liens de navigationAccueil > Actualités > Avis de l'expert... > Un poulinage bien anticipé est à moitié gagné

Un poulinage bien anticipé est à moitié gagné

La surveillance de la poulinière doit être plus stricte à partir de 300 jours de gestation.

Le box doit être généreusement pailléPour bien préparer le poulinage, l’éleveur doit être attentif à ce que la jument soit à jour de ses vaccinations et de ses vermifuges, mais aussi veiller au suivi alimentaire. « Alimenter d’une manière saine et équilibrée une poulinière tout au long de sa gestation compensera facilement le manque d’appétit souvent observé dans les derniers jours de gestation », explique Stéphane CAMMAERT. Le vétérinaire du groupe Gènes Diffusion précise que s’il y a nécessité de changer la poulinière de lieu de poulinage, le transfert est à effectuer un mois avant la date du terme.

Quant à la surveillance, elle doit être plus stricte à partir de 300 jours de gestation. Mise à part l’observation de différents signes tels que le gonflement des mamelles et la présence de cires (observés quotidiennement matin et soir), le relâchement de la vulve et l’affaissement des muscles de la croupe, il est possible de recourir à différentes techniques pour suivre la préparation de la jument au poulinage.

Bien anticiper un poulinage évitera bien des complicationsLe taux de calcium étant plus élevé à l’approche de la mise-bas, le propriétaire peut avoir une idée du moment du poulinage en mesurant la concentration du calcium dans le lait grâce à des bandelettes indicatives.

Si la caméra de surveillance, qui peut être installée dans le box, permet d’observer régulièrement et facilement le comportement de la jument, différents appareils sont sur le marché pour assister l’éleveur dans la détermination du moment du poulinage. Ces appareils électroniques peuvent détecter le positionnement de la jument, une transpiration excessive voire l’expulsion de la poche des eaux. « Certains d’entre eux peuvent être combinés à des téléphones portables », note le Dr Cammaert qui ajoute que, pour sa part, le box doit être bien éclairé, généreusement paillé et équipé d’une porte qui s’ouvre vers l’extérieur ou coulissante. Pour être opérationnel le jour J, l’éleveur doit avoir, dans sa trousse :

  • un thermomètre,
  • une paire de ciseaux à lame droite de 8 à 10 cm,
  • de la teinture d’iode pour l’ombilic,
  • des compresses,
  • des bandes stériles,
  • des serviettes propres
  • une paire de longes douces avec nœud coulissant

Il lui faut également des seaux propres. Il est aussi vivement conseillé d’indiquer à proximité du box les coordonnées téléphoniques du vétérinaire voire d’un voisin, en cas d’urgence.

 

 

Réagir à cette actualité

 

Débourrage
et pré-entrainement  

Hors saison de monte, les équipes des haras du Pays d'Auge et de Vaiges accueillent vos poulains trotteurs pour le débourrage et le pré-entrainement.

Pour plus d'informations, consultez directement le Haras GENES DIFFUSION le plus proche des chez vous

 

Haras du Pays d'Auge
Haras de Vaiges

TROTTEURS 

Consultez toute la
gamme des étalons trotteurs

SELLE FRANÇAIS

Consultez toute la
gamme des étalons selle français